09 52 01 89 16
Bijoux et accessoires pour voyages imaginaires Voir son panier
Currencies : $ £
Panier  
Livraison offerte dans 50,00 €

Aucun produit

0,00 € Total

Panier

Les tribus du Nord de la Thaïlande

Préambule : les photographies de cet article ont été prises dans le Nord de la Thaïlande en 2012 par un de nos amis photographe. Merci à lui pour sa gracieuse contribution. Ces photographies sont protégées dans le cadre de la loi sur les droits d'auteur. Nous vous incitons à visiter son blog, qui recèle des trésors photographiques et récits de voyages : Stéphane Bidouze - Photographe professionnel.

Cet article fait partie de notre dossier sur les bijoux argent et l'artisanat des tribus dans le Nord de la Thaïlande.

  

 Vieille femme tribu Karen

Les tribus

On trouve sept tribus principales dans le Nord de la Thaïlande : 

  • Les Karen (environ 280 000 membres).
  • Les Yao (ou Mien, environ 55 000 membres).
  • Les Akha (environ 20 000 membres).
  • Les Lahu (envion 25 000 membres).
  • Les Hmong (ou Meo, environ 60 000 membres).
  • Les Lisu (envion 21 000 membres).
  • Les Lawa (envion 14 000 membres).

Ainsi que quelques autres tribus de plus faible population : 

  • Les Palong.
  • Les Khamu.
  • Les Thins.
  • Les Mlabri.
  • Les Kayan (connues sous le nom de Padaung et bien connues en occident pour leurs femmes aux longs cous).

 

Histoire et structure

Ces tribus semi-nomades sont arrivées par vagues successives au cours des deux derniers siècles dans le Nord de la Thaïlande, en Birmanie, au Laos et au Cambodge, fuyant les guerres civiles et la domination des Han en Chine.


Village tribu Nord Thaïlande


Elles ont réussi à survivre à la dilution inévitable, à la sédentarisation forcée grâce à leurs langues, à leurs traditions et à leurs savoirs faire ancestraux.

Elles pratiquent le semi-nomadisme depuis plus de 2000 ans : leur pratique de l'agriculture sur brûlis, qui consiste à défricher les champs par le feu, les a obligé à changer l'emplacement des villages régulièrement et en permanence.

Toutes ces tribus ont conservées des us et coutumes issues de leurs origines chinoises à part les Karen, dont les leurs semblent provenir de celles du peuple tibétain.

 

Les tribus se distinguent les unes des autres selon :

  • La langue : chaque tribu pratique un ou plusieurs dialectes dérivés de langues Sino-Tibétaien, Birmanes, Thaï, Tibétano-Birmane et Chinoise notamment.
  • La structure familiale : de plusieurs dizaines de membres partageant le même lieu de vie (Yao) à la famille nucléaire proche de la structure familiale occidentale (Karen).
  • La religion : bouddhisme thaï, christianisme, animisme (Hmong), taoïsme (Yao), culte des ancêtres et des esprits (Lahu).
  • L'organisation du village : dans les plaines ou en altitude, avec ou sans ceinture de délimitation, ramassé ou étendu géographiquement.

Les couleurs des tenues des femmes varient selon leur statut social notamment par rapport au mariage.

Dans la plupart de ces tribus, on vénère les anciens et les ancêtres et on respecte les anciennes coutumes.

 

Cadre de vie et savoir faire

Ces tribus sont toutes spécialistes du travail artisanal d’une ou plusieurs matières, qu’il s’agisse de l’argile, du tissu ou des métaux, dont le plus précieux, l’argent, occupe une place très importante socialement et financièrement.

Tribu Karen - Travail du tissu

Les Karen

Originaire du plateau tibétain et d'une partie du désert de Gobi, les Karen constitue le groupe ethniques le plus important.

L'habitat des Karen est constitué de bambou. Ils cohabitent avec leurs animaux de compagnies, des poulets, des cochons et autres buffles.

Ils sont principalement animistes même si une partie non négligeable de la population s'est converti au christianisme.

Habiles artisans, que ce soit les hommes ou les femmes, les Karen savent transformer l’argent presque pur (très peu mélangé, afin de garder la souplesse du métal pour le travailler à la main) en perles décorées, pendentifs, bagues et bracelets massifs.

Tribu Nord Thaïlande - Portrait

Les Yao

Originaires du sud de la Chine, la tribu Yao est la seule à posséder des documents écrits, dont une série de documents anciens qui décrit les détails de la vie quotienne et certaines pratiques telles que la médecine.

Leurs maisons sont de planches de bois sur un terrain en terre.

Leur moyen de subsistance a pendant longtemps été la culture et la vente  de l'opium. Ils sont désormais connus pous leur extraordinaire habileté dans l'artisanat des bijoux en argent. Ils reçoivent ce dernier sous forme de petites billes et le transforme en fil d’argent puis en mailles qu'ils peuvent tresser. Cela n'est possible que parce qu'il s'agit d'argent pur à 99% (supérieur à l'argent 925 que nous connaissons). Cet argent est plus malléable bien que restant suffisamment résistant dans le temps pour notre mode de vie contemporain.

Les Akha

L'histoire des Akha, comme celle de la plupart de ces tribus, nous est parvenue par la tradition orale, des proverbes et autres légendes.

Un Akha est capable de réciter par coeur l'histoire de lignée mâle de sa famille depuis les origines (jusqu'à 60 générations).

Chaque village possède une grande porte en bois sur laquelle figure un esprit protecteur.

Très superstitieux, ils ont tendance à suivre à la lettre leur religion qui décrit précisément les actions qu'il est préférable d'effectuer.

Ils utilisent leurs talents naturels pour la réalisation de leurs habits et ornements traditionnels pour réaliser des pièces d'artisanats destinées à la vente.

Les Lahu

En provenance également du sud de la Chine et bien que sévèrement persécutés par le peuple birman, les Lahu se considèrent comme un peuple béni à partir du moment où il dispose de quoi se nourrir, d'une bonne santé et de la sécurité pour leurs familles.

Leurs maisons sont faites de planches de bois et de bambou.

Les femmes sont particulièrement habiles pour le travail des tissus et réalisent de superbes patchworks. Les hommes, comme la plupart des hommes de toutes les tribus, préfèrent réaliser des intruments de musique, des arcs et autres objets de bois et de bambou notamment.

Ils sont animistes et croient en un esprit global capable de contrôler ceux des autres êtres vivants.

Les Hmong

Les légendes nous disent que les Hmong proviennent des steppes de Sibérie, de Mongolie et du Tibet.

Adeptes de la culture de l'opium, ils se sont reconvertis dans l'artisanat.

Ils sont animistes, leurs chamanes sont tout puissants et bien peu se sont convertis au christianisme ou au bouddhisme. Ils croient en l'esprit du ciel qu'il honorent en portant leurs tenues traditionnelles et de nombreux ornements en argent, très finement ouvragés.

Les Lisu

Originaires de l'est du Tibet, les Lisu ne connaissent leur histoire que via les contes et légendes orales qu'ils se transmettent de génération en génération.

Leurs maisons sont réalisées de murs en bambous aux sols de terre.

Sépcialisés dans la culture du pavot, ils vivent désormais de la vente de leur artisanat.

Leur apparence vestimentaire et la qualité de leurs ornements sont probablement les plus travaillés de toutes les tribus du Nord de la Thaïlande.

Les Lawa

La provenance originelle des Lawa est située au Cambodge ou en Micronésie selon certaines études. Il est probable que les Lawa étaient présents en Thaïlande avant même la population principale du pays. En conséquence, on peut assimiler une partie des Lawa à la population Thaï dont ils partagent la langue d'origine.

Excellents cultivateurs, ils pratiquent la culture du riz dans de superbes rizières en terrasses.

Bien des Lawas se sont convertis au bouddhisme bien qu'ils soient animistes à l'origine.

Il arrive souvent que des tribus Lawa et Karen partagent un même territoire ainsi qu'un certain nombre de pratiques et échanges artisanaux.

 

Voici une vidéo en anglais comprenant la présentation d'un village et une interview d'artisans

 

Consultez les autres pages de notre dossier :